Quel est le risque d’une évolution clonale dans le suivi d’une aplasie médullaire idiopathique ?

Un site utilisant Réseau HU Paris Nord Val de Seine

Recherche Innovation Centres d'excellence

Quel est le risque d’une évolution clonale dans le suivi d’une aplasie médullaire idiopathique ?

Quel est le risque d'une évolution clonale dans le suivi d'une aplasie médullaire idiopathique ?

Le Pr Régis Peffault de Latour, coordonnateur médical et l’équipe clinique, Pr Gérard Socié, Dr Flore Sicre de Fontbrune et Pr Jean Soulier, Directeur du Laboratoire de référence des aplasies médullaires du CRMR aplasies médullaires acquises et constitutionnelles de l’hôpital Saint-Louis ont mené une étude sur l’évolution clonale vers un cancer du sang de type myélodysplasie ou leucémie aiguë, qui est la complication la plus redoutée dans le suivi d’une aplasie médullaire idiopathique. Pour l’instant les données cliniques et de recherche fondamentale, concernant cette complication, sont faibles. Ce travail collaboratif entre le centre d’hématologie de Cleaveland (Ohio, USA), de Sao Paulo (Brésil) et le centre de référence des aplasies médullaires (Paris) a repris plus de 1000 patients avec un suivi médian d’environ neuf ans.

 

Cette étude montre que les patients allogreffés de cellules souches hématopoïétiques (n=117) ne développent jamais d’évolution clonale. Pour les autres patients, l’évolution vers un cancer du sang est d’environ 12%. Cette étude a permis de mettre en évidence une prédisposition plus importante pour les patients avec une aplasie médullaire sévère, un âge avancé au diagnostic et le caractère réfractaire au traitement immunosuppresseur. Le temps médian entre le diagnostic d’aplasie et l’évolution clonale est d’environ cinq ans. Cette complication est associée à un pronostic de survie à cinq ans, d’environ 40%. La complication présentée est le plus souvent un syndrome myélodysplasique de haut risque avec des anomalies du chromosome 7 associés à des mutations somatiques des gènes ASXL1, SETBP1, RUNX1 et RAS. En revanche, les mutations des gènes PIGA et BCOR/L1, sont à plus faible risque de progression.

Ce travail a ainsi permis d’identifier les patients à risque d’évolution clonale justifiant un suivi rapproché (prélèvement de moelle régulier) afin de pouvoir détecter cette complication le plus précocement possible et améliorer la prise en charge précoce et donc le pronostic à long terme.

Référence :
Clinical and Molecular Determinants of Clonal Evolution in Aplastic Anemia and Paroxysmal Nocturnal Hemoglobinuria. Gurnari C et al. J Clin Oncol. 2022 Sep 2;JCO2200710. doi: 10.1200/JCO.22.00710